Vous êtes ici : Accueil > FSE/ CVC > Les danses latines s’invitent à ODS
Publié : 9 octobre

Les danses latines s’invitent à ODS


Une activité d’initiation aux différentes danses latines sera organisée par les assistants pédagogiques au collège les lundis de 17 h à 18h.

(La bachata est un rythme dansant originaire de République dominicaine, plein de folklore. On peut le considérer comme un mélange de boléro (surtout, le boléro rythmique) avec d’autres influences musicales d’origine africaine et avec d’autres styles comme le son, le merengue, le cha-cha-cha et le tango.

La bachata est jouée par plusieurs guitares (deux ou trois), accompagnées de percussions (bongo, maracas, güira) et une basse. On parle aussi de bolero campesino, bolero antillano ou cancion del amargue, une musique associée pendant longtemps aux couches sociales les plus défavorisées de Saint-Domingue1.

Au tout début, la bachata était dédaignée car c’était une musique qui provenait des classes sociales basses.

À ses débuts, elle était très peu diffusée en radio. Mais l’intérêt a surgi à partir des années 1980, avec l’expansion des moyens massifs de communication, le développement du tourisme, et l’effort de quelques compositeurs qui ont remarqué qu’avait surgi un nouveau genre. Les auteurs comme Juan Luis Guerra et Víctor Víctor dans les années 1990, et de Luis Días depuis 1980, ont apporté une vision plus moderne et urbaine.)

( Source:Wikipédia)

(Le merengue est un genre musical et une danse ayant émergé en République dominicaine (région de Cibao) vers 1850, et également interprété par des artistes portoricains. Le genre est l’un des plus populaires en Amérique latine et dans de nombreuses villes aux États-Unis1. Une des hypothèses serait qu’il viendrait d’une danse appelée la upa habanera qui comportait un pas de danse appelé « merengue » mais en fait il est né d’un rythme appelé la mangulina.)
(Source:Wikipédia.)

Le cha-cha-chá est un genre musical inventé en 1954 par le violoniste cubain Enrique Jorrín, de la charanga Orquesta America, dans la première partie du morceau Engañadora (l’autre partie est un rythme de mambo). Le mot « cha-cha-cha », qui désigne également une danse, n’apparaît que dans le morceau Silver Star, et provient du son produit par le frottement des pieds des danseurs sur le sol.

Enrique Jorrín, remarquant les difficultés des danseurs avec le modèle du danzón-mambo (les pas ne sont pas marqués sur le temps, mais sur la syncope), décide de composer des mélodies moins syncopées. Les arrangements de l’orchestre, quant à eux, utilisent toujours la syncope. Ce mélange - la mélodie sur le temps, et l’accompagnement sur le contretemps - est une caractéristique de ce nouveau genre, le cha-cha-cha.

(Le cha-cha-cha fait partie des danses de compétition dans la catégorie des danses latines. C’est-à-dire des danses où chacun peut ajouter ses propres figures en plus de celles recensées (à l’inverse des danses standard telles que la valse et le tango). Le cha-cha-cha était appelé également à son origine triple mambo. D’ailleurs, il succède à la mode du mambo, mais devra affronter la concurrence du rock’n’roll, de la bossa nova en 1958, puis de la pachanga en 1960.)

(La cumbia est un genre musical et une danse née au XVIIe siècle en Colombie1, d’abord sous le nom de cumba, puis de cumbia. La cumbia s’est néanmoins répandue en Amérique du Sud, particulièrement en Bolivie, au Pérou et récemment en Argentine où elle s’est mélangée aux musiques existant déjà sur place.)

(Au commencement, il y avait les tambours des esclaves accompagnant les veillées funèbres. Plus tard, les Indiens des Antilles ont ajouté ocarinas, flûtes de roseau et gaïtas (sorte de longues flûtes indiennes). Les Espagnols apportent par la suite la mélodie, les paroles et la danse. Des maracas et des bongos sont parfois utilisés.)

Le mambo est un genre musical cubain et un style de danse.